ACCES ADHERENTS
Le mal-être
Angoisse, anxiété, stress...


A fleur de peau
L’adolescence, époque de tous les bouleversements… Alors quand on te parle d’émotions, tu te reconnais ! Être ado, c’est apprendre à accepter un corps qui se transforme, à créer de nouvelles relations avec les parents ou avec les autres. Premiers émois, premières sensations face aux premiers contacts, tu découvres peu à peu la sexualité et le sentiment amoureux. Période un peu inconfortable pendant laquelle on cherche à savoir qui on est, entre enfance et âge adulte. On réagit à ce qui nous entoure un peu « à fleur de peau », on n’arrive pas toujours à gérer les « tensions » qui nous animent ! Passer du rire aux larmes, avoir envie de hurler, aimer ou détester, comment peut-on définir les émotions ?

Se sentir stressé, être anxieux ou angoissé sont des émotions qu’on a tous ressenties au moins une fois. Ces émotions peuvent être d’intensité différente, avoir un impact variable sur nos vies selon qu’on les « gère » ou qu’on en est envahi. Stress, anxiété, angoisse sont-ils les différents degrés d’une même émotion ? Ou bien sont-ils des états bien différents ? Tentative d’explication…

Le stress
On entend souvent que le stress est la maladie du siècle. C’est vrai qu’on rencontre tous des périodes de stress dans la vie, lors d’un examen par exemple, ou d’un premier rendez-vous amoureux. Mais pourquoi ressent-on cela ? Le stress est avant tout une réponse de notre organisme pour s’adapter à une situation présente à venir qui sort du quotidien. Dans le monde animal, le stress permet aux animaux de rassembler leurs forces pour fuir une situation dangereuse où un prédateur les poursuivrait.

Chez les humains on peut dire que le stress a une fonction un peu similaire. Si ressentir du stress est souvent désagréable, il peut aussi être source de motivation. En effet, par l’état de tension qu’il provoque, il permet de mobiliser (c’est-à-dire de rendre le plus efficace possible) nos ressources physiques et psychologiques pour surmonter l’événement ou la situation stressante.

Dans l’exemple de l’examen ou du rendez-vous amoureux, les mécanismes du stress vont déclencher une accélération du rythme cardiaque pour mieux oxygéner votre cerveau, une diminution de l’appétit pour ne pas risquer de s’endormir lors de la digestion, une hyper-sudation pour ne pas monter en pression comme une cocotte-minute…. Donc le stress peut être une bonne réaction. Une fois l’épreuve passée, un sentiment de détente et de soulagement nous envahit : le stress est retombé.

L’anxiété
Contrairement au stress, l’anxiété est plus diffuse. Les spécialistes disent que c’est « une peur sans objet » c’est-à-dire une peur qui n’est pas reliée à une situation, une personne, ou une raison précise. C’est pourquoi on parle parfois de « personnalité anxieuse ».

Bien souvent, l’anxiété est ponctuelle et s’apaise d’elle-même. Mais, lorsqu’elle devient envahissante et qu’elle empêche de réaliser ses projets, d’aller en cours ou de sortir de chez soi par exemple, on peut parler de troubles anxieux. Les troubles anxieux sont des troubles psychiques qui nécessitent des soins et une prise en charge. Ils peuvent être très invalidants. Les plus connus sont les TOC (troubles obsessionnels compulsifs) mais aussi l’agoraphobie ou encore la phobie sociale.

L’angoisse
Plus que l’anxiété encore, l’angoisse renvoie à notre fort intérieur. Le terme d’angoisse est souvent entendu dans la bouche des psychologues. C’est un des concepts de base en psychanalyse, et dans d’autres courants philosophiques.

Une vie sans angoisse n’est pas possible. Il n’est donc pas pertinent de chercher à la supprimer, d’autant qu’elle permet de se construire, de se poser des questions sur soi et parfois même d’agir. Toute personne ressent de l’angoisse à certains moments de sa vie, et c’est normal. Tout est question de dosage. Si l’angoisse cause de la souffrance (parfois difficile à définir), alors c’est que le dosage n’est pas « bon » et qu’il faut le ré-équilibrer.

C’est bien souvent grâce à des prises en charges psychothérapiques qu’on peut mettre des mots sur cette angoisse qui fait tant souffrir.

Parfois l’angoisse s’exprime de façon extrême suite car un événement déclencheur (souvenir d’un événement traumatique, situation de grande détresse), mais elle peut aussi s’exprimer de façon très intense sans qu’il n’y ait de raison identifiée. C’est ce qu’on appelle crise d’angoisse ou attaque de panique.

Stress, anxiété et angoisse sont dont des émotions banales de la vie courante, mais qui peuvent parfois revêtir un caractère handicapant et difficile à vivre. Dans ces cas-là, il est important de pouvoir se faire aider à mettre des mots sur ces ressentis négatifs et douloureux.