ACCES ADHERENTS
Accueil > ADOLESCENTS > TABAC, ALCOOL, DROGUE > C’est quoi l’alcool ?
C’est quoi l’alcool ?


Il existe plusieurs types d’alcools mais tous ne sont pas propres à la consommation. Celui que l’on boit et qu’on appelle communément « alcool » est en réalité de l’alcool éthylique (ou éthanol). Il est obtenu par fermentation ou par distillation de certains végétaux (raisins, pommes, céréales…).
Il entre dans la composition des boissons dites alcoolisées (ou alcooliques) : vin, cidre, bière, spiritueux (alcool fort), apéritifs et digestifs…

Pourquoi l’alcool fait de l’effet ?
L’alcool avalé arrive dans l’estomac avant de migrer vers le petit intestin. Après environ une demi-heure (variant si le consommateur est à jeun car la présence d’aliments retarde le passage de l’alcool de l’estomac à l’intestin) l’alcool passe directement dans le sang. Il rejoint ensuite tous les organes et en particulier le cerveau et le foie. L’alcool est un dépresseur du système nerveux, ça veut dire qu’il le ralentit, l’endort… En parallèle, il augmente la libération d’une substance : la dopamine. Cette substance active une zone du cerveau où se trouve le « circuit de récompense » responsable de la dépendance : plus on boit, plus on se sent bien, et plus on a envie de boire. La quantité d’alcool circulant dans le sang peut être mesurée par le dosage de l’alcoolémie. Le taux est influencé par le poids, le sexe, le moment de la consommation, l’association au repas, la prise de médicaments ou d’autre(s) drogue(s). Les premiers effets de l’alcool peuvent apparaître en moins de 5 minutes.

• A faible dose, l’alcool entraîne détente, euphorie, levée des inhibitions, endormissement.

• A forte dose même occasionnelle il peut entraîner un état d’ivresse : perte d’équilibre, troubles de la coordination et de la vision, étourdissements, nausées et vomissements, insensibilité à la douleur et même parfois au toucher, altération de la capacité de jugement, de décision, de la mémoire immédiate…Cet état d’ivresse peut entraîner un coma éthylique.

• A dose forte ou moyenne mais répétée, le buveur devient alcoolique avec de graves conséquences pour sa santé et sa vie sociale.

Quelques informations utiles
Rappelons que la Loi interdit à tout majeur de vendre ou de donner de l’alcool à un mineur.

Pour prendre le volant et conduire, le taux légal d’alcoolémie maximal est fixé à 0,5g d’alcool par litre de sang ce qui équivaut à environ 2 verres standard d’alcool (peu importe l’alcool).
Au-delà du deuxième verre le taux d’alcoolémie autorisé est dépassé, il faut donc attendre, avant de conduire un véhicule, que l’alcool soit éliminé. Il faut compter en moyenne 1 heure par verre absorbé.
Cependant, pour une même quantité d’alcool absorbée, le taux d’alcoolémie varie d’un individu à l’autre en fonction de son poids, de sa corpulence, de sa prise de repas, fatigue etc…
Avant de prendre le volant, le mieux est de mesurer son taux d’alcoolémie grâce à un éthylotest (vendu en pharmacie ou en grande surface) ou encore mieux, de ne pas prendre le volant du tout.

Boire ou ne pas boire ? la première cuite
Pour certains un rite initiatique, pour d’autres une surprise imprévue, pour d’autres encore une expérience qu’ils souhaitent tenter, la première cuite est vécue différemment selon les cas. Mais quelles sont les coulisses de cette première fois ?

Ça me tente, mais…

– « Tu n’as jamais pris une cuite ? Quel bolos !!  » ou encore « Alors, tu sais tenir l’alcool ? Prouve-le ! »… Parfois c’est les autres qui te poussent à boire trop et toi tu acceptes pour t’intégrer au groupe. Comment refuser quand tout le monde te regarde et attend que tu termines ton verre de vodka d’un seul coup ? Quelle pression ! MAIS…est-ce vraiment la seule manière d’appartenir à un groupe ? Si tu refusais ce « rite initiatique » et que par conséquent tes amis ne t’acceptaient pas, seraient-ils de vrais amis ?

– « Je veux draguer ce garçon, il faut que je boive pour y arriver ! ». Tu vois tes ami-e-s devenir complétement désinhibés dans la drague après plusieurs verres. Tu te dis alors qu’un verre ne suffit pas, il faut en boire plusieurs, même très rapidement (ce qu’on appelle le «  binge drinking  ») pour enfin se lâcher et partir à la conquête amoureuse.

MAIS…et si je lui disais ou faisait des choses que je regretterai ? En effet, draguer en bafouillant quelques mots ou en lui vomissant sur les pieds car on a trop bu, ce n’est pas la meilleure des stratégies. Et pourquoi ne pas tester des techniques de drague alcool-free ? Tu pourrais être surpris par toi-même !

La réalité du jour d’après
Soyons clairs : l’alcool peut donner des effets agréables. Mais soyons aussi réalistes : à quel prix ? Souvent les amis te poussent à t’alcooliser car « c’est drôle, c’est cool, on va rigoler ! » ; mais ils oublient de te parler de la partie moins marrante : le jour d’après.

Une cuite correspond à une intoxication aiguë de ton organisme : oui, ça devient tout d’un coup moins fascinant. Maux de tête et nausées apparaissent souvent le lendemain (ou le soir même), accompagnés parfois de vomissements (et de traces sur les réseaux sociaux !). Parfois tu ne t’y attendais même pas : deux verres ont suffi à te saouler… Tout est une question de dosage, chacun réagit différemment face à l’alcool.

Parmi les effets non désirés citons aussi le fait de ne rien te rappeler d’une partie de la soirée : le trou noir ! Qu’as-tu dit ou fait ? Impossible de t’en souvenir. Cela peut aller de quelques blagues mal placées (en direct mais aussi par sms par exemple) au mec que t’as voulu aborder, jusqu’à une prise de risque plus importante (accidents de la route, violences sexuelles, coma éthylique)

S’amuser sans boire, ça existe ?? Est-ce possible ??
Comment trouver de l’euphorie sans ébriété ? En d’autres mots : comment s’amuser sans se « prendre une cuite » ?
Danser sur ta musique préférée en boîte peut être un moyen pour t’abandonner et pour lâcher prise. Surtout que tu es avec tes amis et le volume du son et les lumières rendent l’atmosphère détendue !

Et si tu veux dépasser tes limites et prendre des risques, pourquoi ne pas te lancer en parachute ou faire du rafting ? Oui, la prise de risque peut avoir des aspects positifs !

Autre option : les « Sober Party » ! Les fêtes à contre tendance où l’alcooltest est fait à l’entrée ! Un concept créé en Suède par Marten Andersson qui se répand de plus en plus en Europe et aux Etats Unis. Enormément de jeunes y trouvent leur bonheur, s’étonnent de leur capacité à s’amuser, draguer, rencontrer d’autres gens sans alcool… et ils s’en souviennent le lendemain !