ACCES ADHERENTS
PARENTS
Vous êtes parent,
Vous avez des questions concernant votre enfant/adolescent ? 
 
Vous avez entre 12 et 20 ans. La Maison des Adolescents 92 vous reçoit au 18 rue Auguste Buisson à la Garenne-Colombes


 


Un infirmier et un psychologue en lien avec le médecin coordinateur, psychiatre/pédopsychiatre, vous reçoivent au lieu d’accueil de la Maison des Adolescents des Hauts-de-Seine au 18 rue Auguste Buisson à la Garenne-Colombe.


Vous pouvez joindre l’accueil au : 01.47.84.21.76


Le lieu d’accueil est ouvert le :

  • Mardi : 14h – 18h
  • Mercredi : 13h – 18h
  • Jeudi : 14h – 18h
  • Samedi : 10h – 15h
Par ailleurs, de nombreuses structures de notre réseau peuvent vous accueillir (parents et/ou familles), vous aider et répondre à vos questions.

Ce n’est un secret pour personne : l’adolescence est une zone de turbulences. Elle ne « secoue » pas seulement ceux qui la traversent – les adolescents –, mais aussi leur entourage et, en premier lieu, leurs parents.
Confrontés à vos enfants en mutation, vous voyez en effet s’abolir leurs repères et, désorientés, vivez, pour nombre d’entre vous, dans la peur de passer à côté d’un problème, voire d’une catastrophe. D’où votre quête angoissée auprès des spécialistes. 

Ce dont un adolescent a besoin, ce n’est pas d’être sous le microscope ni que l’on épie ses faits et gestes, c’est qu’on l’écoute. 

A partir de quand faut-il s’inquiéter ? La réponse est simple : lorsque les problèmes sont vraiment trop importants ou lorsqu’ils durent vraiment trop longtemps.
Un adolescent qui est replié sur lui-même, qui n’a aucun copain, qui n’a pas de vie affective – pas de "petit" ou de "petite amie" –, qui abandonne totalement ses études, ou qui, triste, semble n’avoir aucun désir de vie et aucun projet et, bien entendu, un adolescent qui "se lance" dans la délinquance – même mineure – doivent inquiéter. 
Comme doit inquiéter un adolescent qui reste enfermé dans une guéguerre sans fin, à propos de tout et de rien, avec ses parents, car c’est souvent, pour lui, une façon d’éviter les vraies questions.

Que faire si l’on sent venir un danger ? On peut évidemment proposer à l’adolescent de l’emmener consulter. Mais il est souvent plus judicieux que les parents voient d’abord, seuls, un spécialiste pour lui faire part de leurs craintes. Cela leur permet de les évaluer et d’étudier avec l’aide du professionnel le type d’aide à apporter à l’adolescent. Et, si l’adolescent refuse de consulter, de bénéficier, eux, d’une aide pour les problèmes qu’ils rencontrent avec lui.